Des lignes directrices consensuelles pour le grand corridor de connectivité écologique « Montagnes du nord du Portugal – Monts Cantabriques – Pyrénées – Massif central – Alpes Occidentales »

27 February 2014 | News story

Des autorités locales et des administrations publiques d’Espagne, du Portugal et de France ont défini des lignes d’action pour conserver la fonctionnalité des écosystèmes et des paysages de montagne depuis le nord du Portugal jusqu’aux Alpes.

Le Comité Espagnol de l’UICN et son homologue français ont élaboré les lignes directrices du « Grand corridor de connectivité écologique : Montagnes du nord du Portugal – Monts Cantabriques – Pyrénées – Massif central – Alpes occidentales », un document qui servira pour appuyer la définition de futurs plans de gestion, de projets de conservation et de participation publique, dans le but de relier la nature et les populations vivant dans ce périmètre géographique.

Ce document a été validé sur une base participative avec l’appui de plusieurs organisations espagnoles, françaises et portugaises impliquées dans la conservation de cette zone. Il constitue également un résultat du projet “Plan stratégique du Grand corridor de connectivité écologique : Monts Cantabriques – Pyrénées – Massif Central – Alpes occidentales », réalisé en collaboration avec la Fondation Biodiversité et le Ministère de l’Agriculture, de l’Alimentation et de l’Environnement (MAGRAMA).

Les lignes directrices définissent des pistes d’action pour conserver la fonctionnalité des écosystèmes de montagne, en préservant le patrimoine naturel et culturel, les services environnementaux et la connectivité écologique. Ceci afin de promouvoir une économie durable et un usage raisonné des ressources.

Elles soulignent également la nécessité de promouvoir la participation active des citoyens, des opérateurs économiques, des organisations de protection de la nature et des administrations publiques ayant des compétences à la fois dans la conservation et la planification. Le corridor est très vaste et abrite un grand nombre d’espèces emblématiques comme le vautour noir, le tétras ou le triton des Pyrénées, et des habitats identifiés comme prioritaires par l’Union Européenne. Cependant, il fait face à des menaces telles que la perte de diversité des paysages, le changement climatique ou l’effet barrière des infrastructures de transport et d’énergie.

En plus, ce vaste territoire traverse différents pays et ne possède pas de cadre institutionnel commun, rendant nécessaire de promouvoir des mécanismes de coopération entre les parties prenantes, de façon à assurer un fonctionnement harmonieux et efficace. Les lignes directrices répondent à cet enjeu et mettent également l’accent sur la réduction de la perte de biodiversité, l’identification des processus de dégradation du territoire et l’adaptation au changement climatique. Enfin, une attention particulière est apportée aux acteurs locaux afin de les sensibiliser à la valeur environnementale élevée des zones concernées et pour utiliser leurs connaissances directes des territoires, des habitats et des espèces.

Contexte du projet
L’initiative visant à améliorer la connectivité dans cette zone est soutenue par l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), le plus grand réseau environnemental mondial qui réunit plus de 1000 organisations et 11000 experts. Au cours du quatrième congrès mondial de la nature qui s’est déroulé à Barcelone (2008), l’UICN a adopté la résolution 4.061 « Le Grand corridor de connectivité écologique : Monts Cantabriques – Pyrénées – Massif central – Alpes occidentales », qui reconnaît l’importance de développer des stratégies préventives pour favoriser la résilience de ces écosystèmes. Le projet est fondé également sur la Déclaration de Les Planes de Son (2005), issue du Congrès international sur les corridors écologiques de montagne avec l’appui du Conseil de l’Europe, Eurosites, Europarc et la commission mondiale des aires protégées de l’UICN – Thème Montagne.

Parties prenantes de l’initiative
En plus du Comité espagnol de l’UICN et du Comité français de l’UICN, d’autres organisations ont participé directement à l’élaboration des lignes directrices : Fundación Catalunya - La Pedrera, Fundación Fundación Naturaleza y Hombre, University of the Highlands and Islands Perth College Centre for Mountain Studies.

Ont également coopéré à l’initiative les institutions suivantes : Ministerio de Agricultura, Alimentación y Medio Ambiente, Dirección General de Calidad y Evaluación Ambiental y Medio Natural, Subdirección General de Medio Natural; la Diputación Foral de Álava, Fundación para la Conservación del Quebrantahuesos, Fundación Oso Pardo, Parc National des Pyrénées, Parc naturel régional des Pyrénées ariégeoises, ARPE Agence régionale pour le développement durable de Midi-Pyrénées, Instituto da Conservação da Natureza e das Florestas, Instituto Politécnico de Viana do Castelo, Parque Natural de l'Alt Pirineus, Área de Proyección y Desarrollo de la Red Parques Nacionales, Organismo Autónomo Parques Nacionales, Aigüestortes y Estany de Sant Maurici, Centre d'Estudis de la Neu i la Muntanya d'Andorra. Ce large consortium a été essentiel pour pouvoir élaborer un document consensuel et utile pour les différents acteurs impliqués dans la conservation de cette vaste zone qu’est le Grand corridor écologique.

 

Para más información: Cristina Sobaler; Thierry Lefebvre
 


Mediterranean landscape