Herbiers de Magnoliophytes marines de Méditerranée : conservation et contribution à la lutte contre le changement climatique

16 May 2012 | Media advisory

Herbiers de Magnoliophytes marines de Méditerranée : résilience et contribution à l'atténuation des changements climatiques est une étude qui sera présentée au Maroc lors du Symposium des herbiers marins en Méditerranée ces jours. Ce document analyse le potentiel de stockage de carbone des herbiers marins de Méditerranée alors que le marché du carbone est en développement et s’avère être un outil de plus en plus important dans la lutte contre le changement climatique. Publié par l'UICN et produit par le Centre de Coopération pour la Méditerranée de l’UICN, ce document interpelant notamment les décideurs est un résumé d’une étude plus complète menée sur ces questions.

Néanmoins, actuellement, cinq des 59 espèces d’herbiers marins évaluées au niveau mondial sont menacées d'extinction. L'évaluation des espèces indigènes au niveau de la Méditerranée n'a cependant pas encore été réalisée. En outre, étant donné l'importance des herbiers marins pour d'autres communautés et les pressions continues de l'homme sur les zones côtières méditerranéennes, il est impératif d’évaluer l'état de conservation de ces espèces au niveau régional. Les catégories et les critères de l'UICN pour la Liste Rouge forment le système le plus largement accepté pour la classification du risque d'extinction au niveau des espèces.

L’information disponible sur les espèces d’herbiers marins en Méditerranée sera présentée lors de l’atelier UICN sur les listes rouges le 1er Juin pour discussion avec les experts sur un premier classement selon les catégories et les critères de la Liste rouge de l'UICN des espèces menacées. Les données sur la taxonomie, la distribution, les tendances démographiques, l'écologie, l'histoire, les menaces passées et présentes, et les actions de conservation pour chaque espèce seront présentées, quantifiées et revues pour en améliorer la précision. Les résultats de l'atelier de même que l'information compilée seront une première étape importante pour l'établissement d'un niveau de référence régional sur lequel tous s’accordent et à partir duquel on pourra surveiller le risque d’extinction de ces plantes marines à l'échelle de la Méditerranée.

Les auteurs de la publication Herbiers de Magnoliophytes marines de Méditerranée : résilience et contribution à l'atténuation des changements climatiques se sont surtout penchés sur l'impact du changement climatique sur les écosystèmes des herbiers marins méditerranéens et sur le rôle que jouent ces derniers dans l'atténuation des conséquences du changement climatique, tout en tenant compte des évènements climatiques extrêmes et de la fixation ou du stockage à long terme du carbone dans les océans (« carbone bleu »).

Questions clés:

  • Quel est l’impact des changements climatiques sur les Magnoliophytes marines en Méditerranée? « Les herbiers marins méditerranéens reflètent l’histoire et la diversité biogéographique de cette zone particulière », affirme Alain Jeudy de Grissac, Coordinateur du Programme Marin de l’UICN-Med. « Parmi les bouleversements engendrés par les pressions multiples exercées par l’homme, les changements climatiques pourraient conduire à un réchauffement général de la Méditerranée, avec une « méridionalisation » voire une « tropicalisation » selon les secteurs, et à une augmentation de la fréquence des évènements extrêmes en mer. »
  • Que signifie résilience des écosystèmes ? Le concept de résilience d’un écosystème considère la variabilité comme un phénomène naturel de l’écosystème qui peut avoir lieu dans le cadre d’une évolution progressive ou face à des évènements exceptionnels. Partant de ce principe, certains écosystèmes ont une capacité d’adaptation aux changements, nommée « résilience », plus ou moins grande. Le coordinateur de l’étude, Gérard Pergent, Université de Corse, précise « qu’en fonction des caractéristiques propres aux différentes espèces de Magnoliophytes (marines) présentes en Méditerranée (physiologie, biologie et écologie), leur résilience, leur stabilité d’ajustement et leur capacité d’adaptation peuvent être différentes. »
  • En termes de stockage de carbone, dans quelle mesure les herbiers marins peuvent-ils contribuer à l’atténuation des changements climatiques? « Les herbiers jouent un rôle important, mais quantitativement modéré sur la séquestration annuelle de carbone à l’échelle mondiale.», affirme Miguel Ángel Mateo, du Centre d’Estudis Avançats de Blanes (CSIC-Espagne). Par contre, sur le long terme, « C’est le stock de carbone en grandes quantités et accumulé pendant des milliers d'années qui rend les herbiers si potentiellement précieux dans le contexte du réchauffement climatique. Plus spécifiquement, il est estimé que la Posidonia oceanica retient jusqu'à 89% des émissions totales de CO2 émises par l’ensemble des pays méditerranéens depuis la révolution industrielle. »
     

Materiel pour les medias:

Photos à télécharger: http://www.uicnmed.org/interact/tiki-browse_gallery.php?galleryId=15

IMPORTANT: Veuillez noter que ces images ne peuvent être utilisées que pour la promotion de ce livre.